jeudi 27 novembre 2014

Highlander à Tizi Ouzou

Du haut du Djurdjura, le Musulman a les moustaches qui se dressent, quand le petit Mounir, 5 ans, pique un bonbon à la boulangerie en scred alors que son daron a le dos tourné.

De même, Mourad à Asnières-sur-Seine, a des frissons partout quand Mohamed le terroriste décapite des otages en Irak.

Un peu comme Duncan McLeod, tu te souviens, le gros plan sur les poils de narines, la chair de poule, quand il avait un Immortel comme lui qui s'approchait un peu près.


Bon là je te vois rigoler, mais j'ai envie de dire que tu devrais pas, et que tu devrais plutôt, comme te le conseillent en choeur nos ami-e-s journalisteuh moisi-e-s Natacha Polony, Ivan Rioufol, Caroline Fourest,  te rouler par terre, te frapper le torse, et te dépêcher de te saisir de la rue (en évitant les keufs, parce que tous ces ratons à la fois dans la rue ça leur fait frétiller le tonfa en souvenir de la dernière rafle de sans-papiers) pour dire que non, tu trouves que Mohamed il est pas très très gentil, et que même tu as son numéro (le fameux téléphone arabe, tous les rebeuh ont le numéro des autres reubeuh, c'est connu) et que tu vas te dépêcher de le tancer, et il va t'écouter, Mohamed le terroriste, parce que tu es Musulman-e comme lui, et que vous êtes une grande famille, et que vous avez la même vie, les mêmes intérêts, toi, comptable à Lyon et lui aspirant dictateur meurtrier en Syrie.

Ca c'était avant qu'on découvre que les terroristes, parfois, ils s'appellent Jean-Michel, mais bon, la racialisation de la question terroriste est un grand classique, parce que nous Musulmans/Arabes/OnSaitPasTropMaisBonVousVoyez, nous sommes intrinsèquement des sauvages qui naissont avec un couteau ondulé dissimulé dans notre fondement, et même Jean-Michel, il a été influencé par notre fourberie naturelle, embrigadé par des Musulmans avant d'être embrigadé par des fascistes.

Nous ne pouvons pas prétendre vous affronter sur votre terrain des media, puisque même lorsque nous prenons vos codes, à savoir la tribune au langage châtié, nous ne sommes pas autorisés à nous exprimer, si ce n'est pour dire que vous avez raison de nous demander de nous justifier, tout le temps, pour des actions de gens de notre communauté supposée. Certains d'entre nous ont d'ailleurs joué le jeu, sans que cela n'apporte rien, si ce n'est l'admission que nous sommes quelque part systématiquement et jusqu'à preuve du contraire potentiellement co-responsables, par un truchement que personne ne peut expliquer, d'actes criminels commis à l'autre bout de la planète.

D'ailleurs je tiens à remercier Natacha Polony pour sa condescendance dans cette tribune hallucinante où elle me/te/nous tutoie, au nom de cette familiarité obscène qu'ont les gens qui t'écrasent la gueule, mais avec le sourire donc tu vas pas te plaindre, dans cette position du Maître qui tutoie son serviteur dans un simulacre d'amitié dont lui seul définit les règles.

En revanche, quand notre communauté prend ces armes que sont le langage pour vous envoyer paître, nous devenons violents, fourbes,conquérants, nos instincts primaires de domination sauvage ne sont pas loin, n'est ce pas? Alors tant qu'à faire, laissons de côté, pour un moment, notre souhait de vous combattre à armes égales, avec vos mots, sur votre terrain.
Vous ne gagnerez pas. Nous sommes là, et nous nous ferons entendre, comme nous le souhaitons, sans passer sous vos fourches caudines.

Natacha Polony, Ivan Rioufol, Caroline Fourest,  allez bien vous faire foutre avec vos injonctions de merde.