samedi 27 juin 2009

Je suis mère je suis femme (frout frout avec mes cheveux)

Mardi dernier, j'étais de garde chez ma mère pendant qu'elle poursuivait un employeur indélicat aux Prud'hommes. Oui parce que j't'explique. Ma mère est assistante maternelle, donc je l'emploie pour garder le nain. Par contre, quand elle ne peut pas bosser, comme ce jour-là, je me retrouve non seulement avec mon gosse sur les bras, mais en plus elle me refile son autre pensionnaire. Ma mère est l'amour de ma vie.

Bref, j'étais donc chez mes parents à faire l'assistante de l'assistante maternelle, loin de mon ordinateur chéri, et ayant oublié mon mini pc. Les deux gremlins à la sieste, je me suis retrouvée devant l'émission "On n'est pas que des parents" sur France 5.

Le thème était "Je suis devenu femme en devenant mère" ou un truc dans le genre. En gros, avant d'être mère, je ressemblais à Josiane Balasko et je m'habillais en pilou gris, maintenant je me sens bien dans mon corps et je m'habille en pute.

Sérieusement, j'ai été choquée par les trois témoignages de l'émission. Pour résumer, après leur grossesse, elles avaient pris confiance en elles-mêmes. Jusque là, j'ai pas de problème. Puis la présentatrice leur demande ce qui a changé dans leur vie de tous les jours. Et là, le drame total : "je fais plus attention à moi, à mon apparence" "je vais à nouveau chez le coiffeur" "je me maquille" "je me suis acheté une mini-jupe" "mon mari est enfin fier de m'avoir à son bras quand on sort" "je me suis libérée sexuellement". Parce que s'affirmer pour une femme, c'est devenir une femme "pour de vrai", se conformer à ce qu'on attend d'une gonzesse, qu'elle se maquille, qu'elle mette des bas,qu'elle se mette à sucer... et surtout qu'elle ne fasse plus honte à son mari.

Pour être totalement honnête, l'une d'entre elle a repris ses études, mais elle l'a mentionné sans qu'on s'y attarde de trop, parce que c'était quand même moins intéressant que de parler coiffeur et cul. Et le pire, c'est qu'il y a avait une psy qui cautionnait tout ça en hochant de la tête et en faisant de grands yeux pleins de compréhension (ça c'est un truc de psy, ils doivent suivre des stages d'ouvrage d'yeux dans leur plan de formation continue).

Après ces témoignages de merde, on passe au couple dont la femme ne pouvait plus voir ses enfants en peinture après trois ans de congé parental. Ah super, ça démystifie un peu l'image de la mère ravie de se faire gerber sur les chaussures et d'avoir de la Play-Doh dans les tifs. La mère a donc repris le boulot et monté sa boutique de fringues et elle se sent mieux de voir moins ses gosses. Au moment où elle explique qu'elle travaille aussi le samedi, la présentatrice se tourne vers le père et lui demande, avec ses grands nieunieux : "Mais, ce n'est pas trop dur, tout seul avec trois enfants?".

Au temps pour l'émission qui fait sauter les idées reçues.